Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 20:44

 

La naissance :

 

Le corps est le résultat d’un développement, il prend forme (évolue, grandit) dès la réussite de sa première division cellulaire, ce phénomène physiologique est sa naissance. Ensuite, on assiste à l’apparition de l’âme, qui correspond à l’arrivée des premières activités neuronales. Ensuite, vient l’esprit, qui se caractérise par le fait qu’il sert de gouvernail ; qu’il dirige le corps en fonction de ce que celui-ci lui transmet. Puis, vient la pensée, qui se définit par sa faculté de rêver donc sa faculté d'être couper de la réalité en permanence.

 

La mort :

 

La mort pour le corps, c’est une altération à causes multiples dont la principale et la plus longue est la vieillesse, qui est un processus de dégénération des cellules ; la mort pour l’âme, c’est sa disparition correspondant à la fin des activités neuronales ; la mort pour l’esprit, c’est le silence, car privé d’ordre que lui relayaient les sens. La mort pour la pensée, c’est le rêve qui s’estompe parce que privé de mémoire.

 

 

L’éclaireur du Temps

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kristen Chaman
commenter cet article

commentaires

roger Dautais 07/10/2015 19:43

Concernant l'approche d'une définition de la mort, sujet sensible, et pour approcher cette grande dame, dans ma vie actuelle, tout simplement en état, ce que l'on appelle une personne âgée, pour expérimenter ce processus de vieillissement, je trouve votre texte assez juste.
Land artiste, depuis Bientôt 18 ans, j'ai fait mes premières armes dans le sillage de la grande Ana Mendieta, Land artiste Américano-Cubaine, qui traduisit toutes ses angoisses autour du grand passage. Je continue ce chemin en ayant créé pas mal de gisants, de sable, de bois flotté, de laisse de mer, d'herbes, etc...avec la même démarche qu'elle. Cette catharsis personnelle s’approche aussi de la culture chamanique. Je le sais pour l’avoir évoqué avec un chaman Inuit. A contre sens de ce que la société impose, à savoir, le camouflage de la mort, le déni, j'ai pu expérimenter, in situ des " rencontres" avec des publics de passage qui s’ouvraient ainsi à un dialogue autour d'un sujet brûlant. C'est pourquoi, j'ai aimé votre réflexion sur ce sujet éternel, celui de l'entropie et de la finitude de l'homme.
En toute amitié.
Roger Dautais

cedric 14/09/2015 22:26

Bonjour,

Le passage sur la faculté de se couper de la réalité me fait réfléchir. Est on jamais dans la réalité ? Personnellement j'en doute. La réalité (comme le hasard... ), encore un concept humain très complexe. Si la réalité existe, elle nous ai extérieur et inaccessible. Certes, mes sens sont comme des capteurs, parlons des yeux par exemple, ma vision n'est qu'une représentation possible de la réalité, comme un dessin d'une chose.

Kristen Chaman 17/09/2015 23:11

Cédric, je vous rejoins totalement, et j'ai modifié depuis ce passage dont la formulation était erronée.

Présentation

  • : Sur les gammes d'une âme...
  • Sur les gammes d'une âme...
  • : Un chemin obscur L'immensité d'un ciel bleu Un rayon d'espoir
  • Contact

Merci de votre visite !

Recherche