Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:50

 

3,1415

 

Une belle journée qui incite à bouger

Et pourtant, à midi, je suis là, mal rasé,

Mal peigné, traînant mon spleen et ma triste peine.           

 

Pourquoi les jours passent en laissant les chagrins ?

 

Amère saison quand, plus froide que la Seine,

Les larmes gèlent et blessent en nous le jour

Jetant l’aveugle nuit sur nos fragiles amours

Et nos cœurs abîmés. Mélancolie malsaine

 

Pourquoi ce beau jour n’emporte pas mon chagrin ?

 

Si toujours d’un ciel gris tombait quelque crachin

Je comprendrais cette maladive tristesse,

Mais là, par la fenêtre, c’est l’azur qui sourit

Et je devrais déjà, dehors, être sorti,

Pour goûter des parcs et jardins la douce liesse.

 

Piro

 

 

 

 

Une magnifique composition pleine d’à-propos où l’amertume se mêle aux regrets. Voyons poète ! il te faut sortir si tu veux redonner des couleurs à la vie ; car du chagrin sous un beau soleil c’est un arc-en-ciel assuré.


L’étrangeté de l’être face à la simplicité du monde. Le poids du questionnement qui ankylose l’âme aussi sûrement qu’une voile privée de vent. La vie c’est le souffle ; l’âme c’est la voile. Surtout, il ne faut jamais jeter l’ancre, car elle rend la traversée encore plus difficile, voire impossible. Cette ancre, il nous faut la garder à bord parce qu’elle est notre histoire ; elle est l’irremplaçable.

Et voilà ce qu’enseigne le Temps : « Plus l’ancre est lourde ; plus le naufrage est proche ». A cet enseignement : "Alléger son âme c’est naviguer plus sereinement". Peut-être est-ce cela la poésie ? Un apaisement.

 

Kristen Chaman

Partager cet article

Repost 0
Published by Kristen Chaman - dans Flâneries et âneries
commenter cet article

commentaires

piro 05/11/2012 22:29


Je découvre que tu as mis mon poème sur ton blog. Ami Chaman je t'en remercie

Kristen Chaman 06/11/2012 23:09



C'est moi qui te remercie pour ce bel ouvrage. Et notamment pour cette strophe :


 


« Amère saison quand, plus froide que la Seine,


Les larmes gèlent et blessent en nous le jour


Jetant l’aveugle nuit sur nos fragiles amours


Et nos cœurs abîmés. Mélancolie malsaine. »


 


Quel bonheur de la lire !



Haiku 22/04/2012 18:46


Oh ce poème de Piro me parle en ce jour. Merci de le partager!

Kristen Chaman 22/04/2012 19:48



Merci de ta visite, et je suis ravi que son poème alla parler à ton âme.


 


Bien à toi...



Présentation

  • : Sur les gammes d'une âme...
  • Sur les gammes d'une âme...
  • : Un chemin obscur L'immensité d'un ciel bleu Un rayon d'espoir
  • Contact

Merci de votre visite !

Recherche