Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 02:01

 

Cette date est l’instant précis où j'ai crié : - Eurêka ! Mais comme je ne suis pas grec et que la pensée est silencieuse, disons plutôt que c’est l’instant précis où j’ai eu : l’Idée

 

 

Prélude à l’âme

 

Ceux qui me lisent savent que je signe parfois certains de mes articles d'un : "L'éclaireur du Temps". Ce surnom s’est imposé à moi comme un appel venu de je ne sais où. A travers le monde des blogs, je m’étais trouvé un compagnon de route qui s'appelait Philippe Goron. Notre rencontre a été fusionnelle, chose rare. Je lui dois d’être ce que je suis devenu. Notre rencontre à été mon éveil ; sa disparition mon envol. Son écriture lunaire est une vraie leçon de liberté. Un homme d’une rare culture ; d’une humilité non affectée ; un homme de l’ombre et pourtant si lumineux ; mais aussi un homme de caractère parmi les autres.

 

Il a su m’écouter comme j’ai su l’entendre c'est-à-dire que nos échanges étaient toujours sous le signe de la fraternité éclairée. Si je parle de lui, c’est aussi parce qu’il m’a permis de penser autrement ; donc, de respirer autrement ; donc, d’aimer autrement. Je lui avais choisi comme surnom celui de « gardien obscur des vérités étoilées » d’où l’appellation d’une de mes catégories qui traite des choses obscures tels que l’âme ou l’Univers. Je tenais à associer cet ami de toujours à ma découverte, afin de signifier à tous l’importance de l’Amour mutuel existant entre les âmes.

 

Ce prélude à l’âme - à toutes les âmes - était une nécessité avant d’aborder plus avant cet Eurêka ; parce que tout un chacun est tout à la fois l’Ensemble et l’Unique.

 

 

Le théorême de l’Univers

http://chaman.fr.over-blog.net/article-35411424.html

 

 

Auparavant, j’ai publié un article intitulé : Le théorême de l’Univers (néologisme de théorie suprême) ; bien que juste, il lui manquait un plus ; quelque chose qui puisse être compris de tous. Eh bien ! Cette chose que tout le monde caresse sans jamais avoir pu vraiment la toucher c’est le Temps.

 

Qu’est-ce que le Temps ?

 

Cette question est primordiale. Mon Eurêka est que je viens de trouver ce qu’est le Temps, non pas sur un plan subjectif, comme un concept ou une idée, mais bien sur un plan objectif. Je détiens la réalité physique du Temps. Ce qui veut dire qu’il sera possible à l’avenir d’en tirer une formule du type E=mc². Le tour de force consistait à faire le liant entre la gravitation de Newton, la relativité restreinte d’Einstein et la physique des particules dont le principe d’incertitude d’Heisenberg.

 

Le principe d’incertitude d’Heisenberg montre que pour une particule massive donnée, on ne peut pas connaître simultanément sa position et sa vitesse. Or cette simultanéité en dehors du quantique est possible. Pourquoi cela et pas ceci ? Ce peut-il que l’Univers soit à ce point bancal ? – Non !

 

Voici l’échange entre Albert Einstein et Niels Bohr qui a eu lieu à la conférence Solvay d’octobre 1927. Einstein, sceptique à propos du principe d'incertitude d'Heisenberg lui lança : " Dieu ne joue pas aux dés ". Ce à quoi Bohr répondit : " Einstein, arrêtez de dire à Dieu ce qu'il doit faire ".

 

Laissons Bohr à ses chères études et recommandons-nous plutôt de la formule d’Einstein E=mc² !

 

Bon, assez perdu de temps (Rires…) ; ouvrons ce tiroir renfermant le secret de l’Univers !

 

--------------------------------------------------

 

Pour qu’il puisse y avoir une réalité physique au Temps, il faut avant tout satisfaire à ces trois critères : le mouvement, la vitesse et la durée ; car le Temps est une mesure. Il mesure le mouvement en lui donnant une vitesse et une durée. La seule réalité physique de l’Univers qui soit apte à répondre à ces trois critères c’est l’Energie. Vous l’avez donc compris le Temps c’est l’Energie.

 

Le Temps c’est l’Energie, dit comme cela ; ça reste encore un peu flou.  Approfondissons !

 

La référence mondiale définit la structure de l’Univers comme étant un espace-temps. De cette référence, il résulte que le Temps est inséparable de l’espace. Cette référence est juste pour moitié, car s’il est vrai que le Temps est invariablement relié à l’espace, l’inverse ne l’est pas ; car il existe des espaces privés de Temps – traduisez par des espaces privés d’Energie ! Ces espaces privés d’Energie sont des trous noirs soit des vides énergétiques ; soit des puits gravitationnels, c’est au choix. Pour comprendre ce phénomène, il faut se reporter au monde des particules élémentaires.

 

La particularité physique du principe d’incertitude d’Heisenberg est un indicateur. Toutefois, cette particularité ne sort pas du cadre de la physique classique ; bien au contraire, elle le confirme et même l’explique. Ce dérèglement particulaire indique la présence d’un seuil ; une criticité subatomique bien supérieure à celle de l’atome. Cela est en relation avec le principe d’exclusion de Pauli qui dit que les fermions ne peuvent pas se trouver au même endroit dans le même état quantique ; ce que mon théorême de l’Univers traduisait par : 3 – La loi du Temps est qu’à un point donné, il ne peut pas y avoir 2 présents.

 

Sortons maintenant de la théorie quantique pour aller plus loin en reprenant le trou noir !

 

Un trou noir stellaire résulte de l'effondrement d'une étoile massive sur elle-même.  Il est à savoir que c’est la masse qui est à l’origine de la gravitation : plus la masse est importante ; plus la gravitation est forte. La masse en augmentant aura pour effet de comprimer l’Energie –traduisez ralentir le Temps ; celle-ci, en atteignant la limite quantique (le mur de l’invisible) laisse place à un vide énergétique c'est-à-dire que la structure connue de l’Univers qui est l’espace-temps s’interrompt en laissant place à un puits gravitationnel. Ce vide énergétique créé est proportionnel à l’espace-temps de l’Univers, sinon rien ne serait. Ce qui signifie que ce vide énergétique au milieu de l’espace-temps atteint sa taille définitive par l’équilibre dans la répartition des forces s’exerçant entre elles.

 

Au moment où un trou noir cesse son expansion ; il mute, en devenant un trou de ver. Dès lors, sa fonction première consiste à engloutir l’Energie environnante afin qu’elle se recombine en son cœur. En cela, le trou de ver est bien un voyage dans le Temps – traduisez par est bien un transfert d’Energie d’un point à un autre ; il est aussi une téléportation – traduisez par il est aussi un transfert d’Energie d’un état à un autre. Le cœur d’un trou noir, dès sa première palpitation, est ce que la science appelle le Big Bang ; ou ce que nous nommons le début des temps – traduisez le début de l’Energie ou le début des états de la matière sous l’action de la pression et de la température.

 

Cela nous conduit à l’inimaginable c'est-à-dire que notre Univers tout entier n’est en fait que l’infime partie d’un Tout encore plus vaste. Nous nous trouvons depuis toujours – traduisez le Big Bang, à l’intérieur d’un trou noir/de ver incommensurable recombinant sans cesse l’énergie engloutie ; cet afflux d’Energie est responsable de l’expansion de notre Univers ; son accélération étant proportionnelle au débit augmentant de l’Energie engloutie.

 

Cette représentation que dans chaque trou noir est un univers en recomposition dans lequel sont d’autres trous noirs et ainsi de suite… sort de l’imaginaire grâce aux fractales de Mandelbrot. L’Univers est une dimension fractale ; le déroulement du Temps en étant les états successifs de la matière sous l’action de la pression et de la température se joint à la pensée d’Anaxagore qui citait : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. », reprise plus tard par Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. ».

 

Le Temps est relatif disait Einstein ; et c’est vrai ! Il est relatif à l’équivalence entre l’Energie et la Masse. Plus la masse augmente plus l’énergie se contracte – traduisez le Temps se ralenti ; plus la masse diminue plus l’énergie se dilate – traduisez le Temps s’accélère. Cette proportionnalité entre la Masse et l’Energie est la structure de l’espace-temps. Cette synergie Masse-Energie selon leur condition dévoile deux limites : la première limite est qu’à une Masse nulle correspond une vitesse maximum. (Si on voulait aller plus vite que la vitesse de la lumière, dès lors il faudrait avoir une masse inférieure à zéro ce qui est impossible, cette impossibilité fait de la vitesse de la lumière un invariant) ; la seconde est qu’à une Energie nulle correspond une vitesse minimum qui est l’immobilité.  L’immobilité traduisant l’absence de Temps soit l’absence d’Energie ce qui implique l’existence d’un seuil quantique que j’appelle le mur de l’invisible (Ce mur subatomique répondant notamment aux mystères de l’énergie noire et de la matière noire).

 

Pour vous faire une idée de ce mur de l’invisible ; prenez le mur d’une maison ! Rien ne prouve à priori qu’il puisse être traversé, et pourtant avec une perceuse c’est chose faite. Maintenant, dessinez un cube autour de vous, et vous voilà dans un univers à trois dimensions ! Nous sommes toujours entre six faces. Eh bien ! Ces faces quelles qu’en soient leur nature - liquide, solide ou gazeuse - peuvent être percées comme un vulgaire mur sauf que cette fois la perceuse est gigantesque puisqu’il s’agit de l’effondrement d’une étoile massive sur elle-même.

 

« L’Univers n’a rien à cacher vu qu’il se laisse regarder. »

 

C’est sur cette phrase que j’abrège cet exposé qui dans son ensemble comporte l’essentiel ; à partir de lui, tous les champs de l’expérience peuvent se référer.

 

 

Bien à vous…

 

 

 

L’éclaireur du Temps

      (Première publication le 06/05/2012 12:58)

 

IMG242

 

 

Le 25/11/2012 :

Je viens de découvrir un écrit d'Albert Einstein issu d'une conférence donnée à Leyde en 1920. Ci-dessous, j'en reproduis la fin qui, à ma grande surprise, semble se joindre à ma démonstration.

 

« En résumant, nous pouvons dire : d'après la théorie de la relativité générale, l'espace est doué de propriétés physiques ; dans ce sens, par conséquent un éther existe. Selon la théorie de la relativité générale, un espace sans éther est inconcevable, car non seulement la propagation de la lumière y serait impossible, mais il n'y aurait même aucune possibilité d'existence pour les règles et les horloges et par conséquent aussi pour les distances spatio-temporelles dans le sens de la physique. Cet éther ne doit cependant pas être conçu comme étant doué de la propriété qui caractérise les milieux pondérables, c'est-à-dire comme constitué de parties pouvant être suivies dans le temps : la notion de mouvement ne doit pas lui être appliquée. »

 

Albert Einstein, L’éther et la théorie de la Relativité Générale

Partager cet article

Repost0

commentaires

BOISDON 24/10/2013 16:52


Bonjour, Super j'adore: donc nous sommes les poissons, nous savons que nous sommes dans l'eau mais nous ne savons pas que nous vivons dans un océan !!!


Ps, j'aime vraiment la poésie de Philippe GORON, étérnité à son âme.

Kristen Chaman 24/10/2013 21:46



J'aimerai répondre à votre métaphore, mais je n'en saisis pas toutes les nuances. Si cela est en relation avec la taille de l'Univers ; alors
oui ! nous ne savons pas, tout comme un insecte rampant n'a pas la conscience de la taille réelle d'un homme.


 


Votre amour pour la poésie de Philippe est la plus belle des récompenses ; peut-être, la seule que tout auteur, digne de ce nom, espère
secrètement. Je vous joins la préface que j’ai écrite pour lui à la demande de sa sœur qui est pour l’instant toujours en quête d’un éditeur.


 


Bien à vous…


 


----------------------------------------------------


 


«Mouvement de néantisation a-mystique, et déstructuré de l'écriture a-contemporaine, se situant hors de l'espace et du temps en un point
nodal de l'âme mécanisée. Apocalypse de la forme, du fond et de l'êtreté. Non une nihilisation, ni un nihilisme post-moderne in situ, mais un nouveau mouvement littéraire trans-personnel,
trans-genre, trans-génique, humanoïde chrétien : le NEANTISME, ultime étape du dernier homme avant son effondrement biologique, et sa transformation bio-technologique totale.»


 


 


Cette description de l’auteur dépeint une révolte, celle de son âme. « La Vie ! Qu’avons-nous d’autre à défendre ? »
Crie-t-elle. Ici, pas de compromission ; tout est vaillance. Chacun de ses poèmes est une exploration, on y marche en terre inconnue. Son style inégalable, fait de lui un poète lunaire en
affinité avec le "dichtung" allemand.


 


Sa poésie est un au-delà duquel l’âme se discerne. Elle se veut humble ; car elle ne prophétise pas, mais espère comme
dans Monde en suspens et sa finale :


« Viendra le jour de la délivrance vermeille
Le temps se figera au cœur de l'Eternel »


 


C’est rempli d’espoir que Philippe vécut c'est-à-dire plein d’amour et de confiance : l’inspiration faisant l’ouvrage. Les poètes sont des
faiseurs de rêves ; à peine sont-ils sortis de l’œuf que déjà ils volent tout au fond de leur nid. Tous ces messagers de l’âme n’ont qu’un seul prolongement, celui de connaître afin de
transmettre. Sa sphère d’activité poétique est celle d’un humaniste éclairé ; celle d’un défenseur des libertés ; celle d’un proclamateur de l’Amour. Quel souffle créateur ! Quelle
force d’âme ! Quelle joie terrestre !


 


Amis lecteurs, cette introduction est celle du cœur - un cœur qui n’aura de cesse d’aimer ; plus qu’un compagnon, Philippe est un frère d’âme.
Un grand merci à sa sœur Dominique qui est à l’origine de cette publication et de mon engagement de préfacier. Qu’elle permit, à tout jamais, de nous unir ; en cela, je lui voue une
reconnaissance éternelle…


 


 


Kristen Chaman


 


 


Le poète est l’oasis qui permet ;


Il se garde bien d’assoiffer les hommes.


Il porte la lune à bout de bras ;


Il puise la nuit pour déverser le jour.


 


Pour toi, Philippe...






Dr WO 17/11/2012 23:01


Difficile à suivre. Pour moi le temps n'est que de l'espace déformé. Le temps n'existerait pas si l'espace était immuable.


Dr WO

Kristen Chaman 18/11/2012 00:23



Avant toutes considérations, il faut garder en tête que le Temps c'est
l'Energie.


 


Les choses apparaissent plus simples quand on remplace la notion d'espace par sa
réalité qui est la masse et la notion de temps par sa réalité qui est l'énergie. (Je sais c'est dur à suivre et même à avaler) Les interactions entre la masse et l'énergie sont la structure même
de l'Univers que d'aucuns nomment l'espace-temps.


"Le temps n'existerait pas si l'espace était immuable." : en
disant ceci, Dr Wo, vous ne faites que confirmer ma vision ; car c'est bien ce que j'avance en affirmant que les trous noirs à leur formation sont des espaces privés de temps (Privé de temps
signifiant privé d’énergie).  A sa formation, la masse d’un trou noir est-elle que l’énergie y est absente, et sans énergie pas de temps. En dehors des trous noirs, le temps et l’espace sont
indissociables.


 


En jetant une masse conséquente dans un volume d’eau, un reflux se produit à la
surface pour ensuite être recouvert par un flux. C’est un peu l’idée de la formation d’un trou noir : l’étoile massive en s’effondrant sur elle-même sollicite l’espace-temps qui sous la
masse extrême cède, s’ensuit alors un reflux d’énergie puis un flux d’énergie.


 


J’essaye de faire au mieux dans mes explications. Après son accord, j’ai envoyé mon
article à Etienne Klein afin qu’il déchiffre ma vision. Je suis pour l’instant sans réponse de sa part, ce qui laisse place à l’expectative.


 


Ci-dessous le contenu de notre premier échange :


 


Bonjour...


Je viens de visionner votre conférence sur le temps. Elle m'a semblé juste
c'est-à-dire en adéquation avec la vision que la science actuelle vous en donne. J'aimerai vous présenter une autre vision, elle vaut ce qu'elle vaut, à vous d'en juger. Par désir d'honnêteté, Je
vous l'enverrai telle que je la présente sur mon blog. J'ai hâte de savoir ce que vous en pensez...


 


Cependant, je tenais à vous faire grief pour avoir introduit, dans vos
démonstrations sur ce qu'est le temps, Nietzsche et sa notion d'éternel retour. D'où vous est venue l'idée que la pensée de Nietzsche sur l'éternel retour serait en rapport avec le temps cyclique
? La notion d’Ouroboros est très ancienne, et comme vous l'avez spécifié un peu plus tard : bien que le temps ne peut pas être cyclique, des phénomènes en son sein eux peuvent
l'être.


 


Bien à vous...


 


P.-S. : Je ne veux rien vous imposer, ni même vous indisposer c'est pourquoi
j'attendrai une réponse favorable quant à satisfaire votre curiosité.


 


Sa réponse :


 


Bonjour,


Je vous lirai avec plaisir.


Une remarque : les conférences ne sont pas un bon moyen de juger de la pensée de
quelqu'un, car elles sont faites pour le public qui est là, et non pour une caméra. Pour ce qui est de Nietzsche, je dis des choses plus précises, et - du moins je le pense - plus justes, dans
mon livre "Les Tactiques de Chronos".


Bien à vous. Etienne K


 


 


Bien à vous, Dr Wo…



domicléo 11/07/2012 15:11


Je ne peux qu'applaudir cet Eurêka ! La pensée est silencieuse certe ! mais les mots écrits résonnent sonnent vibres sont parfois doux, chauds, gais, brutaux, violents..Assemblés
deviennent magiques, puissants, ensorcelants, enivrants, sensationnels...Je constate que tu en uses fort bien. Tes mots me vont droit au coeur à travers ce touchant hommage. Ce surnom
"Le gardien obscur des vérités étoilées" prend encore plus d'ampleur depuis qu'il a pris son envol vers un autre monde sans energie sans masse apparente dans ce fameux seuil quantique que tu
appelles "le mur de l'invisible" dans un temps infini....


Mille baisers


Domicléo

Kristen Chaman 18/11/2012 15:02



Très chère Domi,


 


Je te remercie encore pour ton accueil chaleureux et sincère. Ces moments de détente, passés en ta compagnie, resteront gravés à jamais dans ma mémoire. Ton naturel et tes attentions sont pour
moi d'un grand réconfort. J'ai été fasciné par l'Univers de Philippe comme je le suis maintenant par ta simplicité et ta gentillesse. Je te souhaite de couler des jours heureux sous ton ciel des
Landes d'Iroise...


 


Bien à toi, à jamais...